Accoucher en période de Covid-19 : toutes les réponses à vos questions

Accoucher en période de Covid-19 : toutes les réponses à vos questions

Vous êtes nombreuses à nous interroger sur les mesures prises en maternité face au Covid 19.Pour mieux répondre à une lectrice qui nous a confié ces doutes (cf témoignage de Virginie ci-dessous), nous avons rencontré une sage-femme et lui avons posé toutes vos questions, soigneusement recensées ces derniers jours.
Virginie, 34 ans, attend l’arrivée de son 2ème enfant d’un jour à l’autre.

Une grossesse compliquée à cause d'un dérèglement thyroïdien qui se termine sur une pandémie et chamboule le programme qu’elle avait imaginé. 
Le confinement rend les choses plus compliquées pour les accouchements ces jours-ci. Est-ce que le papa pourra être présent? Comment faire garder l’aîné de 4 ans pendant l'accouchement?
Pour Virginie, il reste des incertitudes : ses parents ne viendront finalement pas le garder, trop fragiles. 
Même si la future maman reste positive, ce qui perturbe Virginie, c’est la tension ressentie à la maternité, les informations contradictoires sur les risques des femmes enceintes. Virginie rend hommage à sa sage-femme libérale "elle est formidable, elle répondra présente si j’ai des questions, et pour le retour anticipé à la maison que l’hôpital me préconise pour limiter le temps de présence".
"Le moral fluctue selon les jours, mais j’essaie de profiter de ma petite famille. Tant que tout le monde est en bonne santé c’est le plus important. Et pour que notre entourage puisse rencontrer bébé, on verra comment les choses évoluent, et en attendant il y aura les photos et les vidéos !"

Camille Paris, est sage-femme depuis 8 ans et a exercé en maternité et en libéral. Elle a accepté de répondre à toutes nos questions.

Comment le covid19 peut modifier le suivi de grossesse ?


Le Covid-19 en lui-même ne modifie pas le suivi de grossesse, c’est la nécessité de retarder la propagation du virus et donc le confinement qui le modifie. Les instances professionnelles nous recommandent d’effectuer en cabinet uniquement les consultations indispensables et urgentes pendant cette période, de reporter tous les rendez-vous qui ne le sont pas. Nous devons privilégier la téléconsultation lorsque cela est possible. Il reste indispensable que les sages-femmes libérales, si elles le peuvent, continuent leur activité afin de décharger au maximum les établissements de santé.

Pour les consultations de suivi de grossesse, le Collège National des Sages-femmes de France  préconise de maintenir les consultations du 4ème mois et de 3ème trimestre au cabinet, afin de réaliser un examen clinique complet. Les autres consultations de grossesse, hors  grossesses à risques, se font donc actuellement en téléconsultation. Si besoin, la prise de tension peut être réaliser par l’échographiste si un rendez-vous est prévu, ou auprès du pharmacien. La majorité des échographistes ont poursuivi leur activité afin de réaliser les échographies de grossesse dans les délais impartis, il est cependant possible que les dates de rendez-vous aient été légèrement modifiées. 

Les consultations du premier trimestre de la grossesse, le bilan prénatal et les cours de préparation à l’accouchement se font de préférence en téléconsultation. 

En tant que sage-femme, il est aussi important que nous dépistions les patientes suspectes ou symptomatiques afin, entre autre, d’éviter que le virus ne se transmette à d’autres patientes.

A l’heure actuelle, il n’y a pas de données scientifiques montrant un impact du Covid-19 sur la grossesse, en dehors des complications que nous pouvons déjà rencontrer lors d’une infection pulmonaire ou une grippe en fin de grossesse. Il s’agit le plus souvent de contractions utérines liées à une forte fièvre et à la toux.

En cas de contamination par le Covid-19 et si l’état clinique de la patiente le permet, la femme reste à son domicile avec la même surveillance que tout autre personne infectée par le Covid-19. Il n’y a pas de surveillance particulière lié à l’état de grossesse.

Les règles d’hygiène sont les mêmes que pour les personnes non enceintes.

Les sages femme libérales qui se déplacent à domicile ont-elles toujours le droit de le faire ?

Les sages-femmes réalisant des visites à domicile ont le droit de continuer leur activité mais leurs  déplacements sont à limiter autant que possible.

Quand la pathologie le permet, les monitorings sont à privilégier au cabinet (il y est plus facile d’y assurer une hygiène stricte qu’à domicile) et sans le conjoint. Si une visite à domicile est indispensable, nous avons des consignes d’hygiènes particulières à respecter afin de limiter au maximum les risques de transmission du virus.

Pour ce qui est des visites à domicile post-accouchement, nous discutons avec la maternité et la patiente de la meilleure organisation possible et essayons de réduire le nombre de visites au strict nécessaire. Cependant, pour les maternités privilégiant actuellement les sorties précoces, il peut être nécessaire que la sage-femme passe tout de même plusieurs fois la première semaine. Pour les sorties classiques (au bout de 3 à 4 jours en fonction de la voie d’accouchement), il est possible d’alterner visites à domicile et téléconsultations, mais nous devons impérativement revoir le bébé entre 6 et 10 jours de vie.

Comment se déroulent les cours de préparation à l'accouchement en cette période ? Est-ce qu'il y a des supports vidéos pour se préparer à l'accouchement si on a pas envie ou peur de se déplacer ? 

Les sages-femmes ont actuellement la possibilité de réaliser les séances de préparations à l’accouchement en téléconsultation. Je vous invite donc à vous rapprocher des sages-femmes libérales de votre secteur afin de savoir comment cela est organisé. Il se peut cependant que vous ne puissiez pas réaliser toutes les séances de cette façon en fonction du type de préparation à l’accouchement et des séances que votre sage-femme propose. Dans ce cas, ces quelques séances seront repoussées à une date ultérieure, si cela est possible en fonction du terme de votre grossesse. 

Vous avez la possibilité de trouver sur internet des préparations à l’accouchement en vidéo, il est d’ailleurs possible que la maternité où vous allez accoucher en propose. N’hésitez pas à regarder sur leur site internet ou via les réseaux sociaux, ce qui a été mis en place. 

Attention toutefois aux contenus payants que vous pouvez trouver sur internet. Seule une préparation à l’accouchement réalisée par une sage-femme et en téléconsultation vous permet d’avoir une prise en charge par la sécurité sociale. Il est également important que l’information contenue dans ces cours soit validée par une sage-femme ou un médecin.

Est-ce qu'il y a des précautions supplémentaires pour les femmes enceintes à prendre face au covid19 ? 

Les règles d’hygiènes s’appliquant aux femmes enceintes sont actuellement les mêmes que celles s’appliquant à la population générale. Il est recommandé de privilégier au maximum le télétravail afin de diminuer le nombre de contacts par jour. Cependant, si le télétravail n’est pas possible, les femmes dans le 3ème trimestre de grossesse peuvent déclarer un arrêt de travail directement sur le site  https://declare.ameli.fr/ sans passer par leur médecin. Dans tous les autres cas, vous devez contacter votre médecin ou votre sage-femme afin de faire le point sur votre situation et déterminer la nécessité ou non d’un arrêt de travail.

Comment se passe un accouchement si la maman présente des symptômes de Covid-19 ? 

Selon les recommandations du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français, si au moment de l’accouchement, la maman est considérée comme cas suspect ou cas confirmé de Covid-19, des règles d’hygiènes strictes s’imposent pour le personnel soignant en contact avec elle (port de surblouse, masque, lunettes de protection, gant) et une sage-femme est spécifiquement dédiée à la patiente afin de ne pas propager le virus. 

Une salle d’accouchement est réservée aux femmes suspecte de Covid-19 avec tout le matériel nécessaire déjà présent dans la salle (cela peut encombrer légèrement la salle). 

La présence de l’accompagnant peut être refusé en salle de naissance car il est fort probable qu’il soit lui aussi infecté par le Covid-19 et doit donc éviter de se rendre à la maternité.

L’accouchement en lui-même n’est pas modifié, il se déroule comme si la patiente n’était pas infecté,  sauf bien sûr en cas de signes de gravité (détresse respiratoire). Dans ce cas une césarienne peut être envisagée. 

Il n’y a pas de contre-indication à la péridurale en cas de Covid-19, mais en cette période de crise sanitaire la disponibilité des anesthésistes en maternité pourrait être impactée. Nous mettons cependant tout en œuvre afin de ne pas retarder l’accès à la péridurale des patientes la désirant.

Est-ce que toutes les femmes qui accouchent sont testées au Covid-19 ? 

A l’heure actuelle, seule les patientes suspectes ou symptomatiques sont testées pour le Covid-19.

Est-ce que le papa peut-être présent lors de l'accouchement s'il n'a pas de symptômes du Covid-19 ? 

Chaque établissement de santé peut appliquer le règlement qu’il souhaite en ce qui concerne la présence ou non de l’accompagnant en salle d’accouchement, en fonction de ce qui lui semble le plus raisonnable et en fonction des moyens de surveillance et de protection qu’il a à sa disposition. 

Cependant, les recommandations du CNGOF sont de limiter à un seul accompagnant l’accès à la salle d’accouchement. Cet accompagnant doit également respecter les règles d’hygiènes qui s’imposent. Il doit rester dans la salle d’accouchement tout au long du travail (donc penser à prévoir boisson et de quoi manger). Une fois que la patiente regagne sa chambre, l’accompagnant doit quitter la maternité. Il ne pourra pas se rendre dans le service d’hospitalisation le temps du séjour. 

Si la maman est symptomatique ou si une personne de votre entourage est symptomatique, n’oubliez pas que vous êtes potentiellement contaminant pour le reste des personnes que vous rencontrez, en particulier le personnel soignant, qui est aussi en contact avec les autres patientes et leurs enfants. Il est donc préférable de ne pas se rendre à la maternité, même si nous comprenons que cela représente un énorme sacrifice.

Est-ce que les équipes sont les mêmes qu'en temps normal dans les maternités malgré la pandémie ? 

Les équipes présentent en maternité sont les mêmes qu’habituellement, avec en plus la présence de personnels de renfort.

Est-ce qu'il y a déjà eu des cas de Covid-19 attrapé in utero ou à la naissance par un nouveau-né ? 

A l’heure actuelle, aucun cas de Covid-19 in utéro n’a été découvert. Par contre il est possible de contaminer son enfant après l’accouchement. Cependant, la  SFN  (Société  Française  de  Néonatalogie)  et  Le  GPIP  (Groupe  de  pathologie  Infectieuse  Pédiatrique)  ne recommandent actuellement pas la séparation mère enfant et ne contre indique pas l’allaitement. Il est même à privilégier afin de faire profiter à l’enfant des anticorps maternels protecteur vis-à-vis des infections se trouvant dans le lait maternel. La maman devra porter un masque et respecter les mesures d’hygiène. Actuellement, les nouveau-nés ne sont pas considérées à risque de complication vis-à-vis du coronavirus, et semble peu symptomatiques.

Est-ce que le temps passé à la maternité est le même en période de pandémie ? 

Le temps de séjour à la maternité après l’accouchement peut être raccourci si l’état de santé de la mère et de l’enfant le permettent, quel que soit le mode d’accouchement afin d’éviter un séjour prolongé à l’hôpital et donc un risque accru de contamination. Le relais de la prise en charge sera effectué par les sages-femmes libérales et organisé avant la sortie. 

Est-ce que le suivi sage-femme après l'accouchement est maintenu ou reporté ? 

La surveillance à domicile après l’accouchement est maintenu mais adaptée au cas par cas.

Tous les autres rendez-vous non indispensables (consultation post-natale des 6 semaines, rééducation du périnée) sont reportés à une date ultérieure.

Les congés maternité/paternité sont-ils maintenu pendant le confinement ? Peuvent-ils être reportés ? 

Il n’y a actuellement pas de modification de la réglementation par rapport aux congés maternité et paternité. Les 11 jours du congé paternité pouvant être pris pendant les 4 mois suivant la naissance de l’enfant, vous pouvez choisir de le prendre à une date ultérieure, dans la limite de ces 4 mois.

Quels meilleurs conseils donneriez-vous aux futurs parents qui nous lisent ? 

Restez chez vous ! Ainsi vous vous protégez et vous protégez les autres.

Si vous pensez être atteinte du Covid-19 (fièvre, toux) et que vous ne présentez pas de signes de gravité, contacter votre médecin traitant, votre gynécologue ou votre sage-femme. En cas de signes de gravité (difficultés à respirer), contactez le 15.

En cas de symptômes non liés au Covid-19, contactez votre médecin traitant, votre gynécologue ou votre sage-femme en journée afin de connaitre la conduite à tenir. La nuit vous pouvez contacter directement votre maternité d’accouchement, des sages-femmes vous répondent 24h/24. Mais ne vous rendez pas directement à la maternité, sauf en cas de perte des eaux certaines ou de début de travail.

En cas de question sur le Covid-19, un numéro vert est à votre disposition : 0 800 130 000. Ce numéro est ouvert 7j/7 et 24h/24.

Et surtout rassurez-vous. En tant que sages-femmes, nous avons conscience du stress que peut entrainer la situation actuelle. Nous mettons tout en œuvre pour assurer un accompagnement optimal des femmes enceintes et de leur famille. Les données scientifiques que nous avons actuellement sont très rassurantes vis-à-vis de l’impact du Covid 19 sur la grossesse, l’allaitement, le nouveau-né. 

Respectez les règles d’hygiènes, prenez contact auprès de votre sage-femme et surtout ne focalisez pas toute votre attention sur cette situation. Si des questions vous angoissent, posez-les. Concentrez votre attention sur des choses positives, la rencontre avec votre enfant, son retour à la maison. Acceptez cette situation, vos émotions. Vous ne pouvez pas changer cette situation, alors essayer d’en tirer le plus de positif possible, même si cela peut vous paraitre difficile sur le moment.

Si vous n’avez pas accès à des cours de préparation à l’accouchement en téléconsultation, profitez-en pour lire, de nombreux livres existent sur le sujet.

Si vous devez bientôt accoucher, renseignez-vous auprès de votre maternité afin de savoir quelles sont les modalités vis-à-vis de l’accouchement, cela vous permettra de vous préparer au mieux . Si vous ne pouvez pas être accompagnée à la maternité, essayez de mettre en place des appels, vidéo ou non, pendant le travail et le séjour. Communiquez autour de ça avec votre conjoint.

Et surtout, faites-vous confiance. Croyez en vos capacités à accoucher, même dans une situation qui peut sembler délicate. Vous avez en vous une force que vous ne soupçonnez pas et qui se révèlera au moment où vous en aurez besoin.

Fabienne B.

Camille Paris est sage-femme, elle a récemment rejoint l'équipe des Laboratoires Laudavie, et nous la remercions pour sa contribution à cet article.

Crédit photo : Amélie Soubrié, Instants capturés

close Panier

Nouveau compte S'inscrire