Tabac et grossesse

Novembre est le mois sans tabac : une sage femme vous explique pourquoi et comment arrêter de fumer 

Tabac et grossesse

Santé Publique France lance la 5ème édition du #moissanstabac sur octobre-novembre.

Cette opération est un véritable défi collectif qui vise à inciter et accompagner les fumeurs volontaires dans leur démarche d’arrêt. 

C’est l’occasion pour nous de parler du tabac et de la grossesse. 

Nous nous sommes donc entretenues à ce sujet avec Gaëlle Dreveau, sage-femme et chargée du projet CRAG (Centre Ressources Addictions et Grossesse) porté par COREADD, en Nouvelle-Aquitaine.

 

En France, 16,5% des femmes enceintes fument quotidiennement au 3ème trimestre et en presque 10 ans il n’y a pas eu de réduction de ce chiffre. Pourtant par précaution pour le bébé il ne faut pas fumer pendant la grossesse. On vous explique pourquoi et comment arrêter.

 

Ce qu’il faut savoir sur le tabac 

La nicotine est la substance qui provoque l’addiction, mais il y a dans une cigarette plus de 2.500 composés chimiques et en fumant plus de 4.000 substances sont inhalées.

Le phénomène le plus toxique est la combustion (le chauffage du tabac) qui est responsable notamment de la production de monoxyde de carbone qui a une affinité plus grande que l’oxygène et se fixe donc préférentiellement à l’hémoglobine. Cela signifie que le sang transporte du monoxyde de carbone à la place de l’oxygène. Ceci entraine un manque d’oxygénation des organes de la mère et du fœtus, en pleine construction.

 

Tabagisme passif 

Le tabagisme passif, être en compagnie de quelqu’un qui fume alors que vous ne fumez pas, est aussi dangereux que le tabagisme actif.

Si vous vivez avec un fumeur, bien sûr l’idéal est qu’il s’arrête.

Dans l’attente, il peut déjà fumer à l’extérieur, et lorsqu’il rentre à l’intérieur il doit bien se laver les mains. Le mieux serait qu’il change également de vêtements (car les substances toxiques restent sur les mains et les habits). Et penser à bien aérer la maison au moins 2 fois par jour même en hiver.

 

Quel est le risque de fumer lorsqu’on est enceinte ?

Pour rappel tout fumeur a un plus fort risque de cancer, de maladie cardio-vasculaire et de broncho-pneumopathie chronique obstructive.

Fumer lorsqu’on est enceinte comporte aussi des risques pour la grossesse et l’accouchement, et des risques pour le bébé :

-       risque plus élevé de fausse couche, d’avortement spontané, de grossesse extra-utérine, d’accouchement prématuré et de mort in utéro au 3ème trimestre ;

-       pour le bébé à naître, l’oxygénation est moindre et donc cela peut créer un retard de croissance : un bébé plus petit, avec un périmètre crânien plus petit. De plus l’enfant aura toute sa vie une sensibilité plus forte à la nicotine et sera plus à risque de développer des pathologies respiratoires (rhinite, laryngite, bronchiolite, etc).

 

Les autres impacts du tabac : la baisse de la fertilité

Fumer lorsqu’on a un projet de bébé rend sa concrétisation plus difficile puisque le tabac a un impact sur les gamètes (des femmes fumeuses et des hommes fumeurs), et donc sur la fertilité. La ménopause arrive également plus tôt si l’on est fumeuse.

 

Les solutions pour arrêter de fumer : vous n’êtes pas seules

Nous devons encourager et soutenir les femmes enceintes vers l’arrêt du tabac. Heureusement il existe plusieurs solutions.

L’addiction, face à laquelle nous sommes inégaux, est une véritable maladie pour laquelle il existe une prise en charge, au même titre que pour d’autres pathologies (comme un diabète gestationnel par exemple). N’hésitez donc pas à en parler au professionnel qui suit votre grossesse, il saura vous aider.

Il existe tout d’abord plusieurs méthodes comme l’acupuncture, l’hypnose, des thérapies, des groupes de parole, …

Ensuite il existe des solutions médicamenteuses, les Traitements Nicotiniques de Substitution (TNS), remboursés à 100% par l’assurance maladie pour les femmes enceintes avec ordonnance (sinon 65% et le tout ou partie du reste par la mutuelle).

-       Le patch : il diminue l’envie de fumer puisqu’il contient de la nicotine la substance addictive.

-       Les gommes à mâcher : il s’agit du même mécanisme que les patchs (nicotine), avec « l’occupation de la bouche » en plus car l’addiction du tabac est aussi dans le rituel et la gestuelle, donc la gomme peut compenser aussi ces habitudes.

 

Discutez-en avec le professionnel de santé qui vous suit pour aborder la méthode qui fonctionnera le mieux pour vous.

Et si vous êtes plusieurs à fumer dans votre foyer, il sera plus facile d’arrêter tous ensemble.

 

Quand arrêter ?

Le plus tôt le mieux, mais il faut savoir que si vous êtes fumeuse et enceinte, il n’est jamais trop tard pour arrêter, et vous n’êtes pas seule. Ce mois-ci en particulier tous les dispositifs sont déployés pour vous aider, parlez-en à votre médecin ou votre sage-femme. Vous pouvez également appeler le 3989 (87% des gens interrogés disent que cet appel les a aidés à arrêter) ou aller sur le site www.tabac-info-service.fr ou sur la page Facebook https://www.facebook.com/tabacinfoservice

 

Si j’arrête, vais-je prendre du poids ?

La grossesse va vous faire prendre du poids ! Mais il est vrai qu’il peut y avoir un phénomène de compensation par la nourriture quand on arrête de fumer. On comble un manque en quelque sorte.  La cigarette est un coupe-faim et les fumeurs font souvent 2 à 3kg de moins que le poids qu’ils auraient sans fumer. Si cela vous inquiète, parlez-en à l’équipe médicale qui suit votre grossesse.

 

« Arrêter de fumer va me stresser et le stress est mauvais pour le bébé »

De nombreuses personnes pensent que l'arrêt du tabac va les stresser encore plus, notamment pendant leur grossesse. En réalité, c'est le tabac lui-même, via la dépendance, qui génère stress et anxiété. Il existe des solutions pour réduire ce stress (psychologue, groupe de parole, …).

 

Quid de la réduction de la consommation ?

On entend parfois qu’il vaut mieux réduire sa consommation pour être moins stressée.

C’est une fausse solution car en réalité lorsqu’un fumeur fume moins, il « tire » davantage sur la cigarette, et du coup l’impact toxique est le même pour le fœtus malgré une consommation réduite.

 

Et le vapotage dans tout ça ?

L’OMS déconseille la vapote pour les femmes enceintes. Le principe de précaution s’impose, d’autant que nous n’avons également pas assez de recul pour évaluer les impacts sur le fœtus.

Si la femme enceinte l'utilise, il faut déconseiller le voltage maximal (production de toxiques), éviter de vapoter avec un réservoir vide (production de toxique), conseiller les normes afnor (ne pas acheter les E-liquides sur internet), et alerter sur la présence d'alcool dans certaines recharges.

Ne pas hésiter à aller dans les magasins spécialisés pour plus d’information.

 

Et si vous allaitez ?

Le mieux, vous l’aurez compris, est de ne pas fumer !

Si toutefois cigarette il y a, éviter de fumer avant et pendant la tétée. Les TNS sont également possible en cas d’allaitement.

  

En synthèse

Vous êtes enceinte et fumeuse ?

Votre projet d’arrêter le tabac est possible, ne culpabilisez pas car ce n’est pas qu’une question de volonté.

Dites-vous bien aussi qu’il est toujours temps d’arrêter, il n’est jamais trop tard.

Vous n’êtes pas seules, faites-vous aider, des solutions existent, parlez-en à votre médecin ou votre sage-femme. 

Pour plus d’informations, https://mois-sans-tabac.tabac-info-service.fr/

@santepubliquefrance

close Panier

Nouveau compte S'inscrire