Trouble alimentaire, grossesse et maternité

Morgane a fondé feeleat, une application qui permet à tout utilisateur de comprendre en quoi son alimentation impacte sa qualité de vie, ses ressentis et ses émotions.

Trouble alimentaire, grossesse et maternité

Parlez-nous de vous et présentez-nous FeelEat

Bonjour à la communauté du Livre Bleu,

Je m’appelle Morgane, je suis la fondatrice de feeleat, un dispositif d’aide aux personnes qui souffrent de Troubles du Comportement Alimentaire, ce qui englobe autant les personnes qui souffrent d’anorexie, de boulimie, d’hyperphagie ou autres pathologies qui peuvent impacter nos comportements alimentaires, ce qui concerne 15 % de la population malgré le peu d’informations ou d’aides que peuvent trouver les personnes en souffrance.

J’ai développé feeleat en collaboration avec une grande communauté de concernés et de professionnels de santé, après avoir moi-même connu un parcours de soin fastidieux et chaotique, et avec la conviction que les nouvelles technologies sont un vecteur essentiel pour faire avancer la recherche, pour développer du soutien et de nouvelles aides, et pour permettre aux professionnels de santé de mieux comprendre ce que vivent les patients au quotidien.

Aujourd’hui, feeleat, c’est une application qui permet à tout utilisateur de comprendre en quoi son alimentation impacte sa qualité de vie, ses ressentis et ses émotions, reliée si l’utilisateur le souhaite à ses médecins.

Feeleat, c’est aussi un blog d’information au même titre que Le Livre Bleu, qui donne la parole à ceux qui ont connu la maladie, mais aussi aux experts et professionnels de santé.

Feeleat, c’est aussi un podcast, un magazine et surtout une grosse communauté d’entraide sur les réseaux sociaux.

Comment se passe une grossesse chez les personnes qui ont / ont eu un TCA 

Tout comme d’autres évènements de vie, la grossesse est un moment charnière pour les personnes qui souffrent de TCA ou qui sont vulnérables.

En effet, il y a 2 « scénarios » distincts : les personnes déjà malades qui tombent enceintes, et les personnes qui n’avaient pas encore de symptômes identifiés mais que la grossesse va faire émerger.

Pour les personnes qui ont déjà été diagnostiquées comme souffrant de troubles alimentaires, le parcours peut s'avérer complexe.

Si la maman a longtemps été dénutrie, il y a des risques qu’elle peine à tomber enceinte, et un grand nombre de personnes ont recourt à la pma. Un bon médecin sera vigilant à ne pas accompagner une femme encore trop dénutrie dans ce projet. La restauration d’un poids santé est clé pour la santé de l’enfant mais aussi de la maman.

Surtout, évidemment, la grossesse est synonyme de modification du corps et il est important que la maman soit suffisamment soignée / guérie pour accepter cette transformation. Sans quoi, si les troubles alimentaires sont encore trop présents, elle risque de se mettre en danger et bien sûr le bébé également. 

Si la personne est guérie et soignée, sa grossesse sera tout aussi épanouissante ou difficile selon le vécu de chacune qu’une future maman qui n’a pas été malade ! 

Bien sûr, quel que soit le terrain sensible de la future maman, maintenir une bonne alimentation, complète & équilibrée va être indispensable, et ce, tout au long de la grossesse.

Une grossesse peut-elle faire émerger un TCA?

Une étude menée par une équipe de recherche en Australie et aux Etats-Unis montre l’émergence d’un phénomène qui prend de l’ampleur, l’anorexie de la future maman, aussi appelée « Mummyrexie »,contraction de « mummy » et d’ « anorexie », ou encore pregorexia (pour « pregnant » et « anorexia »).

Considérée comme une véritable maladie, elle se caractérise par une obsession de la minceur par une femme durant sa grossesse.

Cette obsession se traduit par une ambivalence : l’envie d’avoir un enfant, tout en refusant les changements corporels qui accompagnent la grossesse dont la prise de poids.
Les personnes touchées vont alors suivre des régimes strictes et multiplier les activités physiques.
En cas de difficulté, il est fortement conseillé d’être suivie, en plus des médecins habituels, par un(e) nutritionniste ou diététicien(ne), ainsi que d’avoir un suivi psychologique tout au long de sa grossesse.

Le fait d’avoir un enfant à la maison change-t-il quelque chose chez les personnes ayant un rapport particulier à l’alimentation?

Qu’on ait ou non des TCA avant grossesse, on a déjà tous déjà entendu parler du phénomène de la dépression post-partum. 

Hors, une étude récemment publiée dans leBritish Journal of Psychiatry montre que lesmères qui souffrent ou ont souffert de troubles de l’alimentation pendant ou avant leur grossesse ont plus de risques de faire une dépression après l’accouchement.
Il y a donc un point de vigilance à ce sujet.
Sur une note plus positive, il y aussi de nombreuses mamans qui s’épanouissent pleinement dans leur nouveau rôle et qui voient les troubles alimentaires s’estomper grâce à cet heureux évènement. Peut-être est-ce lié au fait qu’elles prennent conscience que l’alimentation de bébé est essentiel et que la projection dans leur propre rapport à l’alimentation se transforme.

Un conseil à donner à nos lectrices?

Souffrir d’un trouble alimentaire est une vraie maladie dont il ne faut pas avoir honte car la personne qui souffre n’est en aucun cas responsable.

Si vous n’avez pas d’emprise sur les prémices de la maladie, vous pouvez par contre en avoir sur son évolution et être actrice de votre guérison. 

Guérir d’un trouble alimentaire demande de l’investissement dans des soins et nécessite d’être bien entourée, notamment d’une équipe pluridisciplinaire via un accompagnement sur le plan psychologique et sur le plan nutritionnel.

Aussi, en attestent de nombreux témoignages, avoir le courage de parler de ses difficultés avec ses proches, famille, amis, enlève une sacrée épine du pieds et permet de se sentir moins coupable et isolée face à ses difficultés.

Et puis, la feeleatfamily est aussi là pour vous !

N’oubliez surtout jamais que ce sont de graves, très graves maladies, au fort taux de mortalité (c’est indispensable d’en avoir conscience) mais qu’on peut en guérir.

Il existe des anorexies du nourrisson, pourriez-vous nous en parler?

L'anorexie du nourrisson est un trouble qui survient chez les bébés très tôt, dans leurs premiers mois de vie, en général entre 6 et 12 mois, souvent au moment du passage à une alimentation plus solide, de la diversification de l’alimentation.

Elle se caractérise tout simplement par un refus de l'enfant de s'alimenter. 

Peu d’éléments nous permettent aujourd’hui de comprendre ce phénomène, mais on évoque des causes psychologiques et physiologiques.

Pour la partie psychologique, le stress des parents ou la pression au moment des repas peuvent déclencher cette anorexie, résultant de l’expression d’un conflit entre le bébé et ses parents. Attention car un cercle vicieux peut rapidement s’installer, et plus l’enfant refuse de manger, plus ses parents, frustrés et anxieux, l’y obligent.

Pour la partie physiologique, on pense spontanément aux organes qui se développent et qui peuvent faire souffrir lenfant, des problèmes de digestion, les dents qui poussent, … 

Dans les deux cas, si le problème persiste, il est indispensable de consulter le pédiatre de l’enfant.

close Panier

Nouveau compte S'inscrire